Soigner les névralgies d’Arnold par la chiropractie?

Forme de maux de tête présente dans 10% des cas de céphalées, la névralgie d’Arnold possède des causes bien précises, ce qui n’enlève rien à sa difficulté à être traitée par des méthodes médicales classiques. La chiropractie propose cependant des réponses pragmatiques, concrètes et efficaces:

 

En cause, une névralgie

Névralgie veut littéralement dire: « Douleurs d’un nerf« 

Le nerf d’Arnold, partant des premières vertèbres cervicales et remontant jusqu’à l’arrière du crâne passe en surface de l’occiput (os à l’arrière du crâne).

C’est donc à la suite d’un problème sur un nerf qu’une douleur survient. En l’occurrence, il s’agit (en général) d’un nerf bien précis – le grand nerf occipital – qui se trouve être irrité, voire très enflammé!

Les douleurs seront parfois très localisées sur le crâne, parfois irradiant jusqu’au front. Le chiropracteur saura néanmoins distinguer cette névralgie d’un autre type de symptôme, comme une céphalée classique ou une migraine ophtalmique notamment. Le problème est parfois subtil à diagnostiquer!

 

Pourquoi ce nerf est il irrité?

Les causes sont relativement simples: une compression de ce nerf arrive au moment où il traverse le muscle trapèze (voir dessin ci-dessous). Tout comme une « sciatique du crâne » en quelque sorte, un muscle hyper-tendu est donc bien à l’origine de cette névralgie…

Nevralgie d'Arnold et chiropractie.
Image de l’arrière du crâne. Le plus gros nerf en jaune « remonte » vers l’occiput. C’est le nerf d’Arnold.

«Une névralgie d’Arnold, c’est d’abord et avant tout un nerf qui se retrouve comprimé à  l’arrière du crâne par un muscle: le Trapèze »

 

Quels traitements chez le chiropracteur?

Pour aider les patients de la meilleur manière, il faut déterminer les raisons d’une telle névralgie.  Les causes de cette irritation peuvent être…

Une hyper-tonicité du trapèze « simple »:

Ce muscle, l’un des plus grand du dos, s’accroche sur l’arrière du crâne. Lorsque l’organisme se trouve en « tensions », il n’est par rare que cela se porte sur cette zone dorsale… Suite à un stress physique, un choc ou traumatisme par exemple. Des tensions importantes de ce muscle sur cette zone crânienne entraîneront immanquablement une compression du nerf en question.

le trapèze en chiropractie
Le muscle trapèze remonte jusqu’au crâne, pouvant comprimé le nerf d’Arnold.

Le chiropracteur pourra, dans ce cas précis utiliser des méthodes de traitements comme les points gachettes, visant à relâcher la tension du trapèze. Si une simple tension transitoire est à l’origine de la névralgie, ce traitement chiropratique peut suffire. Néanmoins, la plupart des cas sont souvent plus complexes…

Des problèmes « mécaniques » locaux:

Plus fréquemment, on retrouve en chiropractie des tensions des muscles sub-occipitaux  (voir schéma ci-dessous) qui sont à l’origine des tensions du trapèze… Mécaniquement,  des tensions sur ces muscles sub-occipitaux peuvent entraîner une « compensation » de posture, et le trapèze gauche -par exemple-  se retrouve dès lors plus tonique que celui de droite. Puis le nerf d’Arnold, le traversant, va de facto se retrouver comprimé.  Ainsi, les premières vertèbres cervicales et le crâne jouent un rôle prépondérant dans la genèse d’une nevralgie d’Arnold.

muscles sub-occipitaux
Des muscles entourant l’occiput, l’atlas et l’axis: les 3 premières articulations de la colonne. Autant de tensions musculaires pouvant générer des hypertensions du trapèze en « réaction ».

 

Le traitement du chiropracteur visera à normaliser ces tensions des hautes cervicales, soit:

  • en procédant à des corrections vertébrales sur l’occiput (C0) l’Atlas (C1) ou l’Axis (C2)
  • en manipulant l’Atlas par le biais de techniques dites « Hautes Cervicales Spécifiques » où la correction de C1 se fait (en général) par une pression minime sur le côté du patient, soit par pression manuelle ou soit par le biais d’instruments (voir ci dessous)
  • En traitant uniquement les tensions des muscles en question, par le biais d’outils tels la Kinésiologie Appliquée qui pourra déceler précisément quels muscles sont impliqués et normaliser leurs tensions.

Ci dessus, 2 instruments utilisés en chiropractie pour une correction articulaire spécifique des premières vertèbres.

Des déséquilibres éloignés de la zone en question:

Il n’est pas rare que les névralgies d’Arnold soient dues à d’autres causes, géographiquement distante de la zone occipitale. Voici plusieurs causes déjà rencontrées chez le chiropracteur:

  • problème de mâchoire, de dents: cause également fréquente, un déplacement -même minime- entre le mandibule et le crâne peut entraîner des tensions sur les muscles à l’arrière du crâne. Une névralgie sur cette zone peut s’en ressentir.
    Également une cause plus « exotique » peut se retrouver au niveau dentaire: lorsqu’une carie ou  une mauvaise occlusion induit des tensions musculaires crâniennes, le trapèze peut accuser une hyper tonicité… Anomalie sur laquelle le chiropracteur pourra intervenir grâce à des manipulations du crâne ou grâce à un technique de ré-organisation neurologique.
  • problèmes lombaires: cas parfois rencontrés, une « compensation » généralisée tout au long de la colonne (suite à un déplacement de la dernière vertèbre lombaire notamment) peut entraîner, « en bout de chaîne » une hypertension du muscle trapèze tout en haut. Dans ce cas, un traitement en chiropraxie adapté sur la vertèbre incriminée peut changer les symptômes du jour au lendemain!
Traitement du rachis en chiropraxie à toulouse
Un ajustement vertébral prodigué par le chiropracteur peut modifié rapidement une condition en apparence éloignée comme la névralgie d’Arnold.
  • bascule du bassin: cause mécanique similaire à la cause lombaire mentionnée plus haut, le bassin peut également être déplacé. Une réaction en « effet papillon » peut se propager, et ce jusqu’à la base du crâne. Des tensions anormales surviennent alors en haut. La chiropractie est en mesure de détectée une telle anomalie, même si le problème « apparent » est une nevralgie d’Arnold.
SOT torsion
une bascule du bassin, tout comme un déplacement de vertèbres lombaires peut entraîner une réaction de « compensations en chaînes » jusqu’au crâne.

 

le facteur émotionnel parfois en cause:

Il arrive – et ce probablement dans 20% des cas- que la névralgie d’Arnold ne soit qu’une « somatisation », c’est à dire une manifestation physique d’un stress émotionnel, d’un surménage, ou d’un évènement qui nous a marqué intérieurement. En chiropraxie, nous pouvons détecter un tel phénomène et normaliser la tension émotionnelle en question. Ce travail passe par des techniques « neuro-émotionnelles », propre à la profession, qui considèrent un stress émotionnel comme un choc (aïgu ou chronique) au même titre qu’un choc physique. Lorsqu’un traumatisme -physique ou psychologique- impacte notre organisme, cela signifie que des structures ont été lésées. Au lieu de détecter quelle structure physique a été lésée suite à un choc précis, on recherchera ici l’équivalent émotionnel et l’ « empreinte » laissée par l’événement émotionnel en question…

Satistiques sur les névralgies d’Arnold:

  1. On retrouve cette condition clinique majoritairement chez les femmes.
  2. On observe que l’âge moyen est assez élevé, soit 52 ans.
  3. La plupart des cas de névralgies sont aïgus, c’est à dire qu’ils arrivent puis repartent sans qu’un état chronique de douleurs de crâne n’ait lieu.
  4. La grande majorité des cas sont généralement traités avec plus de succès en chiropractie qu’à l’aide de méthodes plus invasives de soins.
  5. Ces cas de névralgies semblent être généralement plus lié à un traumatisme physique, au niveau crâne mais aussi sur d’autres régions du corps.

Si cet article vous a informé, likez partagez ou commentez SVP !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Call Now Button
43 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez