La chiropractie à Toulouse: essor d’une profession

Encore peu connue du grand public jusqu’à récemment la chiropraxie a vécue, dans la région, un essor certain durant les 70 dernières années. Souvent associée à l’ostéopathie, la chiropractie sur Toulouse a longtemps était vue comme une médecine de manipulations des vertèbres, et ce jusqu’à aujourd’hui…

Les débuts

C’est dans les années 1950 que les premiers chiropracteurs font leur apparition dans le centre Ville de Toulouse. Au début 2 ou 3 praticiens étaient présents. Tous formés aux Etats-Unis, pour la plupart dans les collèges américains Palmer ou Sherman, leurs techniques de soins sont résolument d’ordre vertébrales et manipulatrices. Le bouche à oreille fait rapidement son œuvre, et ces praticiens de santé sont dès lors assimilés aux rebouteux et autres guérisseurs que chacun pouvaient côtoyer dans les campagne de l’époque.  Hormis la ville de Toulouse, la région Midi-Pyrénées d’antan est dépourvue de chiropracteurs.

L’approche essentiellement mécaniste des quelques chiropraticiens exerçant dans la ville attire les patients aillant des troubles principalement neuro-musculo-squelettiques. Bien que l’approche de cette profession à l’échelle mondiale était plutôt d’ordre holistique à l’époque, c’est à dire tournée vers la santé dans sa globalité.

 

L’essor de 1980 à 2007

De nouveaux praticiens avec des techniques de soins en chiropraxie plus récentes arrivent progressivement dans la région. Après les méthodes manipulatives, on voit apparaître des formes de soins basées exclusivement sur les hautes cervicales, des techniques importées des Etats-Unis telles que la Kinésiologie Appliquée ou bien La Technique Sacro-Occipitale.

En parallèle, dès les années 80 une toute jeune école française voit le jour à Paris: l’Institut Français de chiropractie ou IFC. Cette dernière va aussi contribuer à augmenter le nombre de chiropracteur à Toulouse dans les deux dernières decennies du XXème siècle. Dorénavant, les chiropracteurs toulousains peuvent se former bien plus près de leur région d’origine, et les techniques employées à l’école sont d’ordre manipulative vertébrale mais également de type correctif global, viscéral, cranien (avec la Technique Sacro-Occipitale) . Autant d’outils que les jeunes chiropracteurs de Toulouse pourront exercer dès les années 1980.

 

2007: une clinique étudiante voit le jour

C’est en cette année académique 2007-2008 que l’IFEC (anciennement IFC puis devenu Institut Franco-Européen  de Chiropractie) lance sa deuxième école à Toulouse. D’abord une vingtaine, le nombre d’étudiant en chiropractie n’aura de cesse d’augmenter pendant les 15 années suivantes, atteignant jusqu’à 90 futurs chiropracteurs par classe !

C’est donc tout naturellement qu’une clinique étudiante en chiropractie se met en place à Toulouse dans les locaux de l’école. Ceci afin de valider les connaissances académiques pratiques de chaque futur chiropracteur. Ouverte à tous, elle dispose d’une dizaine de cliniciens présents pour assister les étudiants à procéder aux soins en chiropraxie sur des patients externes venus de Toulouse et d’ailleurs… Cette clinique est maintenant en place depuis plus de 10 ans.

Les méthodes employées au sein de la clinique étudiante toulousaine sont bien sûr de type standard et académiques:

Les techniques de bases sont enseignées puis pratiquées en clinique, sous la supervision de praticiens expérimentés et émérites.

 

 

De 2010 à nos jours

Peu après que les tout premiers étudiants de la région soient diplômés, une évolution significative du nombre de chiropracteurs toulousains a lieu. Le nombre de praticiens établis en ville va suivre quelque peu le rythme des élèves fraîchement sortis de l’école toulousaine . En termes d’aptitudes, on note majoritairement  4 techniques employées par les chiropracteurs fraîchement diplômés:

  • Les méthodes manipulatives manuelles traditionnelles
  • La Kinésiologie Appliquée
  • La Technique Sacro-Occipitale
  • Des techniques neuro-énergétiques propre à la chiropractie

On note la quasi-disparition sur Toulouse des méthodes dites « upper cervicales » chères aux chiropracteurs des années 50 et plus, puisque celles-ci utilisent systématiquement des clichés radiologiques spécifiques et propres à la profession. Clichés rarement commandés en cabinet radiologiques outre Atlantique puisque directement produits par les chiropracteurs, eux-mêmes en cabinet…

Les méthodes telles que Thompson (Tables à drops) ou Cox Chiropractic sont également moins utilisées voire délaissées, faute d’être enseignées.

Néanmoins, d’autres techniques nouvelles voient progressivement le jour en ville: telles que Advance Bio-Cranial Technique, Bio-Cranial Therapy etc.. Autant de méthodes novatrices et globales pour le corps humain qui viendront en aide à des patients toulousains toujours plus nombreux… Sur la région toulousaine, la chiropractie a su répondre à la demande de nombreux clubs sportifs et continue d’être aux côtés des grandes manifestations sportives toulousaines (marathon, padel etc) . La chiropractie a aussi fait récemment son entrée aux CHU de Toulouse

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Call Now Button
10 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez