On voit nettement ici une hernie discale LATTERALE créant une pression sur le nerf sortant. Un disc médian aurait, lui un impact sur la moelle épinière..

Les hernies DISCALES.. Quelles vraies solutions?

Entre les vertèbres se trouvent des disques. Ceux ci peuvent parfois avoir un “débord” qui va dans certains cas comprimer les nerfs voisins, voire même la moelle épinière . Ces cas extrèmes doivent ils toujours être opérés? Détails ici de plusieurs approches qui ont fait leus preuves..

 

Comment une hernie arrive elle?

Le stress mécanique du corps – si il est répété sur une longue durée – peut créer des “porte à faux” au sein de la colonne vertébrale.

Activités sportives avec des impactes ou chocs sur une longue période, travail professionel intense physiquement, etc.. Ces évenements réunissent les conditions pour une exacerbations des torsions ou pressions des disques vertébraux.

Trop de tensions musculaires d’un côté par rapport à l’autre vont générer une surpression sur un disque vertébral, et ainsi faire céder cette structure, soit:

  • sous forme de “DISCOPATHIE” (diminution du volume du disque)
  • sous forme de “DEBORD DISCAL” (forme minime de la hernie)
  • sous forme de “HERNIE”, la forme la plus grave d’un déplacement de disque.

Il existe néanmoins une autre forme de cause, liée à la qualité des tissus ligamentaires:

Entre 2 vertèbres, là où réside le disque se trouve une sorte de capsule faite de ligaments qui “confinent” littéralement le disque. Si cette capsule ligamentaire vient à s’affaiblir, ou que les ligaments se retrouvent élongués, la moindre pression sur la colonne tendra à faire ressortir le disque…

Les ligaments, ce sont ces tissus blanc qui entourent les articulations. Ceux-ci ne sont pas sensés se détendre.. ils doivent resté inextensible car sinon, une fois élongués, ils ne reviennent plus à leur position initiale..

La qualité ligamentaire est donc PRIMORDIALE pour prévenir (et guérir) les problème de hernies (cf: plus bas). Il est à noter que les discopathies sont souvent associées au phénomène de DISCARTHROSE, c’est à dire à une forme d’arthrose au niveau des parties osseuses (surfaces planes des vertèbres) attenantes aux disques…

Différents types de hernies:

Lorsque le disque est sortie de son emplacement d’origine, en plus de divers degrés de protrusion, existent 3 localisations distinctes:

  • le disque médian, avec une saillie (c’est à dire une sortie) en plein milieu de la colonne
  • le disque para-médian (droit ou gauche) avec une saillie légèrement sur le côté
  • le disque latéral (droit ou gauche) qui est le plus excentré du centre de la colonne.
On voit nettement ici une hernie discale LATTERALE créant une pression sur le nerf sortant. Un disc médian aurait, lui un impact sur la moelle épinière..
On voit nettement ici une hernie discale LATERALE créant une pression sur le nerf sortant. Un disc médian aurait, lui un impact sur la moelle épinière..

 

De quoi est constitué un disque vertébral?

Comme on peut le voir sur le schéma ci-dessus, 2 choses constituent nos disques:

  • La partie la plus externe, c’est l’anneau de cartilage fibreux.  Il est agencé en plusieurs cercles concentriques. C’est essentiellement du collagène
  • La partie la plus interne, Le nucleus pulposus ,  contient des fibres en suspension dans un gel .
  • Pour la partie externe ET interne, il faut garder en tête qu’il est composé à 60% de l’élément… EAU.

 

Les symptômes:

Dans la très grande majorité des cas, les problèmes discaux surviennent dans 2 règions bien déterminées:

  • les cervicales – avec un problème de disque entre C5 et C6 dans 60% des cas
  • les lombaires avec un problème discale entre L4 et L5 dans 70% des cas, puis entre L5 et S1 dans 20% des cas. Le reste sur les autres disques.

Tensions musculaires:

De manière générale, il faut comprendre qu’une hernie discale se traduit, pour le corps, par une volonté de “contenir” la zone, pour que le problème ne s’empire pas. Il procède ainsi en FIGEANT la zone, c’est à dire en rendant HYPERTONIQUES LES MUSCLES de cette zone !

Mais la contre-partie des hypertensions sera bien évidemment des douleurs, localisées ou diffuses: les douleurs musculaires sont le signe d’une activité anormale des muscles.

Pressions des disques sur les structures:

En prime, les symptômes strictements liés au débord discal peuvent survenir, c’est à dire:

  • pression du disque sur un nerf
  • pression du disque sur la moelle épinière

Voici donc quelques symptômes associés à ce que l’on vient de dire:

Lombalgies aïgues:

Le “coup de poignard” ressentie lorsqu’on se baisse rapidement peut être un signe qu’un disque lombaire vient de céder à la pression d’une vertèbre. Ce n’est heureusement pas le cas à chaque fois! Néanmoins, lorsque  un ressentie que “quelque chose a lâché” survient, suivit de plusieurs jours de blocage du dos (voir paralysie transitoire) c’est souvent le signe d’une hernie discale soudaine..

Lombalgies chroniques:

Il se peut qu’un problème discal arrive après de longues années de douleurs au dos. Dans ce cas, les douleurs suite au disque peuvent s’ajouter au reste, ou bien les douleurs se transforment et migrent radicalement de zone.

Sciatiques:

Les tensions musculaires que l’on a évoqué plus haut peuvent s’étendrent jusque dans la fesse. On peut le voir sur cette illustration, un muscle le MUSCLE PYRAMIDAL si il est hyper-tonique va être amené à comprimé le nerf qui passe à travers lui, le nerf SCIATIQUE.

La suite est simple: le nerf comprimé va engendrer toutes formes de symptômes possibles liés à celui-ci

sciatalgie et chiropraxie
en bleu, pris en “sandwich” dans un muscle pyramidal très contracté, le nerf sciatique devient douloureux.

 

Cervicalgies et Nevralgies cervico-brachiales:

Là encore, si les disques sont usés ou avec une protrusion, le corps cherchera immanquablement à “contenir” la zone en rendant les muscles trop toniques.

Et comme déjà évoqué, les disques eux même mettront une pression sur les nerfs! C’est donc en toute logique que les nevralgies arrivent avec :

  • fourmillements dans le bras
  • perte de sensibilité sur nuque et/ou bras et/ou épaule
  • perte de force musculaire pour le bras

 

Les solutions:

 

Doit-on envisager l’opération ?

Pour ce qui est des disques cervicaux, tout chirurgien responsable vous informera que cette solution est assez périlleuse.. En effet, les risques de complications sont multiple, et on envisage l’opération dans ce cas ci uniquement dans des situation extrèmes..

Pour les disques lombaires, c’est une opération bien plus bénigne. Mais il faut souligner que le risque de récidive d’une hernie sur un disque est loin d’être négligeable! La raison étant que si les causes (comme nous l’avons évoqué plus haut) ne sont pas réglées (porte à faux du disque, qualité des ligaments) le problème a toute les chances de se représenter un jour…

Des solutions plus simples:

Voici ce que je préconise en cabinet:

Pour la qualité des ligaments de la capsule entourant le disque:

 MSM:

C’est la substance qui fait partie intégrante des ligaments. Le MethylSulfonylMethane va faire un apport au ligament pour que celui-ci reprenne de la consistence, se rafermir

HUILE DE MILLEPERTUIS:

Là encore, on va aider la zone ligamentaire à reprendre de la matière et de la tonicité par le biais de cette huile ou baume.

 

Pour la qualité ET la quantité de tissus discal à proprement parler:

GENACOL:

C’est l’apport de collagène par excellence. Issu du collagène de boeuf ou poisson, il va redonner “du tissus au tissus”, c’est à dire faire un apport de collagène là où il y a eu une déperdition de celui-ci. Le disque étant majoritairement constitué de collagène, il y aura un changement certain de la texture (et du volume) du disque au bout de quelques mois.

 

CHONDROITINE ET GLUCOSAMINE:

 

Substance faisant partie intégrante du disque intervertébrale, la chondroïtine a la capacité de procéder à une rétention de l’eau au sein des anneaux du disque. Il est donc préconisé de faire un apport de chondroïtine par voie orale  Bon nombre de laboratoires ont mis des procédés au point pour que cette molécule soit facilement assimilable. Issu souvent du cartilage de requin, ce produit est facilement disponible en parapharmacie.

BOIRE DE L’EAU:

L’eau contribue à hauteur de 60% du volume total d’un disque intervertébral.

1,5L d’eau par jour, c’est le minimum du volume à absorber pour une hydratation adéquate. La qualité de l’eau est primordiale!  Contrairement aux idées reçues, ce sont les eaux faiblement minéralisées qui sont les plus assimilables et hydratantes pour l’organisme. Ce sont donc des eaux de sources assez peu minéralisées telles la Mont Roucous ou MontCalm qui sont les plus adaptées. A boire hors des repas.

 

L’HYPERTONIQUE de QUINTON:

Un certain type d’eau de mer, ponctionnée sous une nappe de plancton de 1,5km de profondeur a été prouvé comme étant efficace pour la remineralisation des disques en injection percutanée, c’est à dire juste sous la peau!

L’eau de mer de Quinton Hypertonique est une source très riche en oligoéléments et minéraux utiles à la régénération des tissus de collagènes et aussi des ligaments.

L’hydrotomie percutanée, telle est son nom doit nénamoins être effectué par des personnes qualifées tels infirmiers, médecins etc.. Généralement préconisée à raison de 3 injections par semaines, l’hydrotomie percutanée peut faire une réelle différence sur quelques semaines seulement pour ce qui est des symptômes associés aux discopathies.

 

TRAITER LES CAUSES BIO-MÉCANIQUES:

 

Bien sûr, les traitements en chiropractie visant à réorganiser la posture du corps et mieux repartir les pressions discales sera préconisé, et ce afin d’optimiser les facteurs mécaniques..

Celà dans un but de prévention, mais aussi pour favoriser une remission du problème, en cas de crise avérée.

SOYONS CLAIR: UNE MANIPULATION VERTÉBRALE, SURTOUT SUR LA ZONE INCRIMINNÉE EST EVIDEMMENT DECONSEILLÉE EN CHIROPRAXIE!

En effet, la mobilisation d’une articulation sur une zone de hernie discale n’a pas de sens: bien que cette zone puisse être articulairement figée où déplacée, le risque d’endommager le disque est non négligeable. Néanmoins, certaines techniques en chiropraxie permettent une action thérapeutique ciblée sur les causes profondes des pathologies discales, dont

  • les chaînes réactives musculo-squeletiques: il arrive que l’organisme dans son entier soit dans une posture vrillée ou décalée vis à vis du centre de gravité. Des techniques chiropratiques comme Sacro-Occipital Technique auront la possibilité de normaliser la posture, induisant alors une pression sur le disque lombaire plus homogène.

  • une bascule de bassin chronique, pouvant à terme générer un “porte-à-faux” au niveau d’un disque lombaire, mais aussi cervical ! Des méthodes douces chiropratiques pourront apporter une réponse à cela, et notamment sur la dis-symétrie des tonicités musculaires aux environs du bassin. C’est en effet en normalisant chaque muscle que l’on pourra arriver à une correction durable sur le bassin.
  • des anomalies aux niveau des os du crâne: il se peut également que les causes profondes d’un problème de hernie discale proviennent de “torsions” ou de “fixations” entre les os crânniens. A terme, c’est une chaîne de compensations qui s’installe, allant pafois jusqu’aux vertèbres lombaires! Certains chiropracteur auront la possibilité de débloquer ceci en quelques séances.

 

J’utilise également en cabinet le tapis CHAMPS de FLEURS, celui ci a pour but d’oxygéner les tissus musculaires, dans le but de relâcher les hypertonicités musculaires au voisinage des vertèbres.

La ceinture lombaire peut être utile également: une pression abdominale maintenue aura pour effet de “contenir” un peu plus le disque lombaire défaillant. Cependant, à ne pas utiliser tout le temps, mais plutôt à des moments d’efforts physiques. Cet article ci décrit également les bonnes habitudes a adopter pour le dos.. surtout en période de crise comme en cas de problèmes de disques!

 

LE FUTUR DES THERAPIES DISCALES:

Les cellules souches:

Voici sûrement le traitement le plus prometteur pour les hernies discales de ces dernières années: permettre au disque de se régénérer lui-même! En injectant des cellules de noyaux pulpeux humaines dans le disque, l’organisme va avoir tendance à recréer plus vite et mieux le tissus gélatineux dégradé en son centre. Sans cette procédure, les cellules ne produirait pas aussi bien ce fameux gel discal.

Le traitement par l’ozone:

Bien que cette technique ait une visée purement anti-inflammatoire, la diffusion d’ozone (O3) va limiter les signaux de douleurs que l’organisme aurait tendance à libérer au voisinage d’un nerf comprimé par la hernie discale.. une manière de calmer les douleurs dans l’attente d’une amélioration tissulaire comme énoncé plus haut!

 

Le procédé de discogel:

 

le discogel injecté
Injection de discogel (aiguille en bas à gauche)

Le procédé qui consiste à  remplacer un disque abimé par un gel commence à voir le jour en France: la substance gélatineuse disparue à l’intérieur du disque est remplacée par un produit bio-compatible à mémoire de forme, aux même propriétés que la “gélatine” discale initiale. D’un point de vue clinique, On observe des résultats encourageants avec ce procédé médical, néanmoins il semblerait dans bon nombre de cas que le discogel soit moins efficace au fil du temps.

 

 

 

 

 

Si cet article vous a aidé, likez partagez ou commentez svp!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Call Now Button
56 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez